mardi 21 août 2007

La radio thérapie*

*Comme j'en ai assez des commentaires plus ou moins porno liés à l'ancien titre, un peu de technique, je l'ai modifié aujourd'hui, 26 février 2010".


Nouvelle modification de 23 Novembre 2011. Marre de spams...

J'ai sélectionné certains renseignements qui permettent de mieux comprendre le traitement "radiothérapeutique".

Pour moi qui aime un peu comprendre le côté technique pour me représenter le "travail" des rayons dans mon corps, cet apport m'a aidée.




La cible principale des « rayons » est l’ADN contenu dans le noyau des cellules tumorales.
Un rayonnement ionisant est un flux de particules en mouvement capables de créer des ions dans les tissus qu’ils traversent.
Les radiations ionisantes, utilisées de nos jours, sont essentiellement les photons et les électrons.

La radiothérapie externe : c'est l'ensemble des techniques utilisant une source de rayonnement située à l'extérieur du malade et généralement à une certaine distance de lui. Il peut s’agir d’une bombe au cobalt ou d’un accélérateur linéaire de particules

Les rayons (photons) X et gamma
Les photons X et gamma ont les mêmes propriétés et font partie des ondes électromagnétiques dont ils sont les représentants les plus énergétiques, au-delà des ultraviolets.
Les photons (ou rayons) X sont fabriqués dans des tubes à rayons X ou des accélérateurs de particules.
Les photons (ou rayons) gamma sont obtenus à partir de la désintégration nucléaire d'une substance radioactive, comme le cobalt, le césium ou l’iridium.

Ce sont des rayonnements indirectement ionisants car ils sont électriquement neutres. Ils ionisent la matière par l'intermédiaire d'électrons secondaires, produits au cours de leur interaction dans les tissus.

Les électrons
Ils agissent surtout en superficie et sont fabriqués par des accélérateurs de particules. Ils sont porteurs d'une charge électrique négative et ionisent directement la matière. Ils sont utilisés exclusivement en radiothérapie externe. Ils distribuent leur dose en surface, de façon relativement homogène. Il est possible, dans certains cas très particuliers, d'utiliser des électrons provenant de substances radioactives comme le phosphore 32, le strontium 92 ou le ruthénium 106.

LES PRINCIPAUX APPAREILLAGES
Découvert en 1895 par Rœntgen, les rayons X ont été utilisés dès 1902 pour traiter des cancers. Jusqu'en 1950, la radiothérapie externe a été réalisée avec des radiations de faible énergie : 50 à 250 KV, ce qui a valu, à la radiothérapie, un certain nombre de préjugés comme « les rayons qui brûlent » ! De fait certaines radiations ne sont pas absorbées et de réfléchissent sur la peau et provoquent des brûlures. Dans mon cas on appelle cela "l'effet coup de soleil" car la peau rosit, rougit et il y a bien brûlure.

Le télécobalt
Sa mise au point a permis à la radiothérapie, depuis les années 1970, de devenir la fois plus efficace et mieux tolérée. La source de cobalt contenue dans la tête de l'appareil émet des rayons gamma. Ils ont un rendement de 50 % à 10 cm sous la peau. La dose maximale n'est pas distribuée à l'épiderme, source de radiodermite, mais à 5 mm sous la surface de l'épiderme d'où la diminution très importante des brûlures cutanées. Avec cette technique, l'os ne représente plus un écran à la diffusion des rayons.

Les accélérateurs de particules
De nos jours, les accélérateurs linéaires tendent à remplacer et faire disparaître le télécobalt.
Un accélérateur de particules est un appareil qui peut fournir, au choix, soit des rayons X, soit des électrons.
Un accélérateur de particules comprend une source d’électrons. La source d’électrons est située à l’extrémité d’une « section accélératrice », sous vide. Les électrons sont « accélérés » par une onde de haute fréquence générée par une klystron ou un magnétron Ils acquièrent, ainsi, une énergie très élevée. Les électrons peuvent être :
Projetés sur une cible qui est une anode et transformés en rayons X de très haute énergie.
Extraits directement de l’accélérateur et réaliser un faisceau d'électrons puissant.
Les gros accélérateurs émettent des rayons X de 10 à 25 MV n'entraînent plus de réaction cutanée et ont un rendement de 50 % à 20 cm environ sous la peau.

COMMENT AGIT LA RADIOTHÉRAPIE ?
La mort cellulaire
C’est l'action biologique essentielle des rayonnements. La mort cellulaire est due aux altérations de l'ADN qui est la cible principale des radiations.Par une modification de structure de l'ADN la cellule devient incapable de se diviser ce qui entraîne sa mort de façon différée. De ce fait, seules les cellules qui se divisent sont radiosensibles. Les neurones, les globules rouges (hématies), les leucocytes sont radio-résistants.La mort cellulaire est une mort différée et non immédiate. Elle est attribuée à la perte de la capacité de division des cellules germinatives, exception faite des lymphocytes, très radio-sensibles.
Par des doubles cassures de l’ADN…
Ce sont surtout les doubles cassures survenant sur les deux brins de la molécule d’ADN qui qui sont responsables de la mort cellulaire par nécrose

Aucun commentaire: