jeudi 13 mars 2014

Autrement dit

Depuis des semaines il y a quelque chose qui me titillait avec ce mot de prothèse. Ayant travaillé en milieu orthopédique pédiatrique pendant des années avec des enfants cancéreux, les prothèses que j'ai vues étaient soient externes: une partie de la jambe avait été enlevée à cause  du cancer et une jambe artificielle venait prendre le relai, soient internes et cela c'était pour le genou.

Seulement qui dit prothèse qu'elle soit interne ou externe dit amputation et c'est bien ce mot là que je n'arrivais pas à prononcer. Car le chirurgien il a coupé la tête et le col du fémur qui étaient en bon état. Il y a donc bien amputation et si le joli terme PTH: prothèse totale de hanche permet de faire l'économie de la représentation il y a quand même un morceau en moins.

Du coup je comprends mieux la difficulté que j'ai à accepter cette intervention, même si dès aujourd'hui je n'ai plus mal quand je me lève  et que manifestement j'ai déjà une amplitude beaucoup plus grande et sans douleur.

Il est certain que l'hématome me gêne beaucoup et que j'ai l'impression d'avoir perdu ce que j'avais déjà gagné à la clinique au niveau de l'autonomie des déplacements.

La cicatrice a été bien nettoyée hier par l'infirmière, elle est loin d'être si petite que cela, je dirai une dizaine de centimètres. Les agrafes seront enlevées seulement le 26, et il y en une sacré quantité et là aussi un joli hématome autour.

Quant à la kiné, elle ne commencera que lundi, ce qui compte tenu de la fatigue me parait plus raisonnable.

Mais appelons un chat un chat, il y a bien un certain deuil  à faire de ce petit morceau de mon squelette.


Aucun commentaire: