jeudi 2 août 2007

Le feu

Avant de commencer ce traitement on m'avait parlé des "passeurs de feu". Ce sont des magnétiseurs qui ont un don pour traiter les brûlures. Naïvement je pensais que cela ne devait pas faire si mal que ça. Aujourd'hui je comprends le bien fondé de leur apport. Mais je n'en n'ai pas sous la main et j'espère que mon médecin trouvera quelque chose qui me soulagera réellement. Car pour brûler en profondeur, ça brûle. Bien entendu pour le moment ce n'est pas "permanent" mais c'est violent, soudain, et très douloureux.

Il y a aussi parfois des mouvements qui déclenchent la sensation. Heureusement comme dans toutes ces sensations, toucher, presser l'endroit douloureux arrange un peu les choses, car cela change le trajet de la douleur des fibres conductrices. Mais mon cours sur le "gate control" qui expliquait le trajet de la douleur dans les fibres C, est bien loin aujourd'hui et là ce n'est plus de la théorie, mais de la pratique.

Hier pour la première fois de ma vie j'ai pensé aux représentations de l'enfer avec le feu éternel! Et de me dire que si l'enfer c'est de ressentir cette sensation dans tout le corps, c'est horrible car cela empêche de penser et de sortir de soi (on ne pense plus qu'à ça et comment en finir). Alors oui, si l'enfer c'est cette horreur, une horreur qui n'a pas de fin, prévue pour l'éternité, alors oui, il faut bien essayer de ne pas se faire piéger.

Puis j'ai pensé à certains textes de l'ancien testament où l'on parle du feu de la colère de Dieu. Et là je dois dire que cette expérience dans mon corps me permet de comprendre cela, pas avec mon intellect. Important le rôle du corps pour se représenter les choses.

Bien entendu avec le sens de l'humour qui est le mien, je me représente un dieu en colère qui se transforme en dragon et qui souffle des flammes destructrices dans toutes les directions. Malheur à celui qui se trouve par mégarde sur le trajet des flammes. Car le feu de la colère est un feu destructeur. Peut-être peut-on et doit-on parler aussi de purification, cela je le crois, mais il vaut mieux éviter de se trouver sur le chemin des flammes, sous le feu de la colère.

D'où la question comment désamorcer cela? Maintenant, contrairement à l'enfer, la colère (et le feu) ne dure qu'un instant (sauf que le temps de Dieu n'est pas le temps de l'homme) et que dans une logique humaine, après la dévastation une autre vie peut reprendre, un autre temps est donné. En réfléchissant un peu, Dieu se manifeste souvent dans le feu (buisson ardent de Moïse, nuée ardente) et par le feu, mais les langues de feu qui "tombent" sur les apôtres sont d'un autre type. J'aimerais bien que ce feu des rayons petit à petit prenne une valence constructrice, même si ça fait aussi mal.

Au tout début de ce feu en moi, j'ai pensé à un texte du prophète Ezéchiel (Ez 47), lorsqu'il parle du fleuve qui sort du temple de Jérusalem, le décrit comme assainissant la mer, donnant la vie. Sur ses rives poussent toutes sortes d'arbres fruitiers dont les les fruits seront une nourriture et les feuilles un remède. J'ai même imaginé que les feuilles voletaient en tombant sur moi, pour me guérir de ce feu que je ressens actuellement comme destructeur, même s'il a vocation de purification.

Autre chose que je voulais noter, c'est que les attentes avant le traitement n'existent pratiquement plus. En général, il me faut même arriver avec 10 minutes d'avance par rapport à l'heure annoncée, ce que je trouve très bien.

J'espère que la consultation de ce soir sera positive quant au traitement de la douleur. Pour la fatigue, il me faut apprendre à vivre avec, en sachant que pour le moment c'est elle qui est la plus forte.

2 commentaires:

Karen a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Giboulee, a dit…

Merci Karla pour votre présence.

Je recopie votre commentaire en enlevant votre adresse mail que je transmettrais si nécessaire.

Je passe le feu, j'ai ce don depuis 32 ans, depuis ma naissance...J'ai déjà passé (malheureusement) le feu pour enrayer la douleur des brûlures de 2 amies avec des cancers du sein. Je ne sais pas où vous êtes géographiquement, contactez-moi,
Bien Amicalement, courage !

Bien amicalement