vendredi 31 août 2007

Dernière séance de radiothérapie.


Pour cette dernière séance l'attente a été longue. Le technicien s'en est excusé ce que j'ai apprécié.

Une image assez différente m'est venue juste avant que l'appareil ne se mette en marche. Je ne sais si vous avez déjà assisté au dégel des ruisseaux en montagne. Pour ma part, j'en garde un merveilleux souvenir. Car sous la neige les fleurs (essentiellement des crocus et des perce-neige) commencent à pointer leur nez. Sous la glace, on entend le murmure du ruisseau qui reprend vie.

Alors j'ai eu la représentation d'une bonne couche de glace, qui protégeait le lit de ma rivière intérieure. A la fois elle arrêtait les rayons, mais ceux qui passaient contribuaient à faire fondre la glace et à donner de la force et de la vie au ruisseau dormant et ainsi à évacuer le mauvais sans faire de mal à la nature environnante.

Cette représentation m'a bien occupée et le temps m'a semblé court.

Ensuite l'attente a repris pour la consultation, en principe la dernière. Le médecin est toujours aussi charmante et attentive.

J'ai parlé de la fatigue qui m'est tombée dessus depuis mercredi. C'est une fatigue bien proche de la fatigue que l'on vit quand on fait une dépression. Une seule envie: se coucher et attendre que ça passe, avec des idées un peu noires. Maintenant en fin de traitement, cette fatigue est considérée comme normale et due aux rayons et aux trajets.

Là je continue à avoir du mal à accepter cela comme une cause de fatigue. Mais je peux admettre que outre le transport, il y a surtout cette obligation de venir tous les jours, 5 jours par semaine, qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il y ait ou non des embouteillages.

Il suffirait de dormir (faire la sieste et ne pas veiller) pour que ça se dissipe. Espérons.
Mais pour le moment la fatigue est telle que je me sens incapable de partir en vacances dès demain.

Le médecin a trouvé que ma peau était peu abîmée. Il faut dire que depuis l'arrêt des photons, elle a commencé à brunir et la seule zone rouge (bien rouge) est le rectangle du bombardement des électrons. Il y a deux petites zones axillaires qui sont à traiter à l'éosine et à la biafine.

Bien entendu pas d'exposition au soleil et en cas de bain de mer se doucher dès la sortie de l'eau.

Retour à la maison, fatigue très présente et état un peu nauséeux.

Ce n'est qu'à la fin du repas du soir que j'ai pleinement réalisé que c'était fini, que demain serait un jour "normal" et que la vie, ma vie, notre vie, reprenait son cours. Deux heures pour que ça fasse le tour des neurones...

Dans trois semaines j'ai rendez vous avec l'oncologue. En principe je dois retourner voir le médecin radiologue dans un mois, mais j'espère ne pas avoir besoin de la rencontrer et que l'oncologue de l'hôpital où j'ai été opérée prescrira les examens à faire sans avoir besoin de retourner dans ce centre d'oncologie radiologie que je ne suis pas arrivée à investir de manière très positive.

Hier soir, j'ai enfin effacé la croix verte qui servait au centrage des dernières séances et là encore j'ai eu l'impression de reprendre une autre vie.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Thanks for taking the time to discuss this, I feel strongly about it and love studying extra on this topic. If doable, as you acquire experience, would you thoughts updating your blog with additional information? This can be very helpful for me.